L’éthique du « care » chez Brugère

La quête de la santé et du bien-être est une tendance majeure de la société française contemporaine. Les notions de vulnérabilité, d’attention et de soin se conceptualisent dès les années 1980 autour de ce que la philosophe américaine Carol Gilligan nomme “ethics of care”.

Un réveil des consciences

La problématique de la santé a largement dépassé le cadre de l’action publique pour entrer dans les foyers, orienter les choix de vie ou les actes de consommation.

Le « care » est ainsi d’abord une prise de conscience de ce qui importe, ce qui compte pour nous — à la fois de ce dont nous nous soucions, et de ce dont nous dépendons. La réalité de la dépendance est aussi la prise de conscience de notre lien à l’environnement. 

La vulnérabilité peut alors être étendue au non-humain : la vulnérabilité animale, mais aussi celle de tout ce qui dans la nature est fragile, à protéger — la biodiversité, la qualité de l’eau, etc. 

Chez Brugère, nous respectons notre matière première. Nous utilisons le bois de manière raisonnée en n’utilisant que ce dont nous avons besoin et veillons à la replantation de chaque arbre. Par ailleurs, il faut savoir que les exploitants forestiers ne prélèvent que les arbres arrivés à maturité qui captent moins de carbone que les jeunes arbres. Ainsi, il s’agit de préserver une gestion forestière qui participe directement au bon déroulement de l’écosystème.


Une éthique qui se retrouve dans le mode de consommation


Selon un sondage Ispos-Sopra Steria, la protection de l'environnement est désormais la première préoccupation de 52 % des Français, devant le pouvoir d'achat.
Les français recherchent un cadre de vie qui exige les mêmes soins que ceux prêtés à leur corps par exemple.

71,5 % des Français sont désormais concernés par la consommation responsable (contre 60,5 % en 2016). Parmi les premiers leviers de cette pratique, la consommation de produits locaux, perçus comme une sorte de label intuitif du produit responsable.

Chez Brugère, nous favorisons le circuit court et utilisons du bois PEFC issus des massifs voisinant notre usine en Bourgogne-Franche-Comté.
Notre usine, située au cœur des massifs forestiers de Bourgogne Franche Comté permet de garder la première transformation au plus près de la ressource et par conséquent de tirer le bilan carbone vers le bas. Par ailleurs, transporter le placage sec favorise un meilleur bilan carbone, car celui-ci se retrouve plus léger à transporter que des grumes chargées en eau et donc plus lourdes.

Les vertus du matériau bois dans notre cadre de vie

Les vertus du bois pour l’habitat et pour la santé renvoyaient majoritairement à l’esthétisme ou à un sentiment de nostalgie favorisant un état d’esprit propice au bien-être…

Depuis des recherches démontrent les bienfaits réels de la présence de bois dans l’environnement intérieur immédiat. Les effets constatés sur la santé notamment touchent aussi bien le psychique que le somatique. Entre autres, ces études démontrent l’influence positive sur la pression artérielle, le rythme cardiaque, la vue mais aussi sur les capacités cognitives et le stress. Le bois naturel présente également des propriétés antibactériennes qui en font un matériau de prédilection pour l’aménagement des lieux de vie des personnes à forte sensibilité : jeunes enfants, personnes âgées et malades.

Le matériau bois présente ainsi toutes les capacités à répondre aux exigences sociologiques de notre époque. Chez Brugère, nous en sommes persuadés depuis de nombreuses années et c’est pourquoi nous nous évertuons de développer des contreplaqués qui trouvent pleinement leur place dans l’habitat ou les bureaux professionnels.